Marre des contraintes de la hiérarchie ? Marre de supporter le manager qui trouve vos idées géniales… mais les oublie rapidement au fond de nulle part ? Marre de voir le même manager s’approprier votre idée en y apposant sa signature « made in myself » ? Vous voilà en mode : « bon c’est, clair, je plaque tout et je me mets à mon compte ». Alors les lignes qui suivent devraient vous intéresser.

Dans le présent article, je vous propose de faire un point sur deux typologies d’entrepreneur.

Phileas Fogg ou la Chèvre de Monsieur Seguin… quel entrepreneur êtes-vous ?

Vous avez, en effet, un point commun avec ces deux personnages de littérature : vous voulez voir le monde en toute liberté, selon vos règles et votre instinct. Le premier a fait le pari d’un tour du monde en 80 jours. Le deuxième veut juste quitter sa ferme dans laquelle il étouffe. Nous connaissons tous le succès de Philéas Fogg, toutefois semé d’embûches. Quant au second nous savons son triste sort, dévoré par le loup, las d’un combat qui aura duré toute une nuit.
Alors, pour vous éviter de tomber dans la catégorie des malheureux caprins, il est peut-être opportun de rappeler les évidences suivantes :

1. « Je suis déterminé, je suis hyper-motivé »… « Bien motivé » serait plus judicieux

Si votre motivation ne repose que sur la seule envie de changer de taf ou sur le besoin de s’en créer un…
Je suis désolé de la brutalité de la sentence : vous êtes sur la voie de la Chèvre de Monsieur Seguin. En revanche, si votre projet est fondé sur la juste perception d’un marché et de son environnement, sur la conviction de la plus-value que vous pouvez y apporter, sur la parfaite connaissance de votre métier, de vos capacités et de vos moyens, vous relevez de la typologie des Phileas Fogg.

2. « Je monte ma boîte… Je vais faire un carton ! »… On ne s’emballe pas

Les destins à la Zuckerberg et Steve Jobs sont remarquables et tout entrepreneur rêve d’un parcours similaire. Mais, ils restent l’exception. Devenir riche ne peut pas être le but de votre investissement. Générer des revenus réguliers pour permettre la pérennisation de votre nouvelle activité sera déjà un grand défi. Et, comme pour le périple de Phileas Fogg, cela exigera de la persévérance, de la résilience, de la méthode et de la rigueur. Vous serez régulièrement en proie au doute. Des Cassandre ne manqueront pas de vous décourager en insistant sur les risques que vous avez pris en vous mettant à votre compte.

3. « J’ai un concept de génie, c’est unique au monde »…. On se calme

Ne cherchez pas à révolutionner un marché. Chacune de vos initiatives devra être mesurée dans ses capacités à transformer un prospect en client et à le fidéliser. La seule finalité de votre entreprise consiste à vendre votre produit. Déclencher l’achat doit être votre seul but. Ne perdez pas votre temps et votre énergie dans des concepts dont l’efficience commerciale resterait à prouver.

4. « Je suis indépendant, ni Dieu ni maître ! »…

Pourquoi pas, mais ne laissez pas votre enthousiasme vous enfermer.
Vous ne pourrez pas inscrire votre entreprise dans la durée en solo, au risque de vous retrouver comme la chèvre de Monsieur Seguin, isolée, dans la nuit, à affronter le loup. Vous devez tisser votre réseau. Il sera constitué de partenaires potentiels et de confrères. Leurs expériences, leurs questionnements serviront les vôtres. N’oubliez pas combien de fois Jean Passepartout a été d’un grand secours pour Phileas Fogg et son entreprise.

Vous pouvez à présent vérifier à quel type d’entrepreneur vous appartenez. Si vous vous sentez plus proche de la chèvre de Monsieur Seguin, vous devez affiner votre projet. Si, en revanche, vous vous êtes reconnu dans Phileas Fogg, vous pouvez commencer à préciser votre démarche. À cet effet, vous trouverez sur le blog, deux articles qui vous permettront d’aborder deux étapes incontournables pour la création de votre entreprise. Le premier est consacré au business plan, le deuxième vous éclaire sur le choix du statut le plus approprié à votre entreprise .

Pour aller plus loin, en se faisant plaisir, autour de Jules Verne :

https://www.reseau-canope.fr/tdc/tous-les-numeros/le-voyage-imaginaire/videos/article/paroles-de-
lecteurs-de-jules-verne-pierre-lagrange-et-michel-serres.html

Jean Antoine Santiago, rédacteur web

facilisis fringilla neque. dolor. risus pulvinar diam vulputate, commodo id,
Share This