Lorsqu’on est débutant sur WordPress ou même simplement quand on crée son site internet pour la 1ère fois, on ne sait pas toujours par où commencer, je vous donne ici quelques conseils pour vous permettre de réussir au mieux votre démarrage et partir sur de bonnes bases !

1/ Anticiper le type de site internet et sa structure

Et pour commencer, je dirais qu’il faut déjà réfléchir au type de site que vous souhaitez faire ainsi qu’à sa structure.
Cela va vous permettre, par la suite, de choisir un thème adapté en fonction de votre activité et surtout de définir l’architecture de votre site.
Vous pouvez déjà, en amont de la création de votre site, réfléchir à ses objectifs, aux personnes auxquelles vous vous adressez, aux textes que vous voulez mettre en place… Et faire un plan de site afin de créer son arborescence, soit vos menus et vos sous-menus ainsi que vos pages, vos catégories etc.

2/ Choisir un nom de domaine efficace

Il vous faut ensuite prendre un nom de domaine pour votre site, c’est à dire l’adresse à laquelle il se trouve.
Certains fournisseurs d’hébergement proposent le nom de domaine avec l’hébergement, si c’est le cas, autant donc les acheter chez le même vendeur.
Le nom de domaine se divise en 2 parties, le nom de votre site et son extension, par exemple : monsite.fr.
Pour le choix du nom de votre site, faîtes au plus simple. Il faut qu’on puisse le retenir facilement, évitez donc les jeux de mots compliqués ou une orthographe trop originale, le but étant toujours qu’il soit mémorisable.
La tendance actuelle serait de ne pas mettre de tiret mais en mettre n’est pas non plus rédhibitoire.
Pour le choix de l’extension, favorisez le .com ou .fr et évitez les extensions exotiques.

3/ Choisir un bon hébergeur

Le choix de l’hébergeur est très important, ne serait-ce qu’en terme de sécurité et de performance. Choisissez donc de préférence un hébergeur qui propose un bon support en français avec un rapport qualité/ prix avantageux.
Pour vous en proposer quelques-uns :
o2switch jouit d’une très bonne réputation en terme de qualité et de support.
OVH ou 1&1 Ionos sont bon marché avec, par contre, un support de moins bonne qualité.
Et si vous souhaitez un hébergeur spécialisé WordPress, vous pouvez vous tourner vers WPServeur, cela vous coûtera plus cher mais vous serez sûr d’être entre de bonnes mains.
Enfin, assurez vous surtout de mettre directement votre site en HTTPS, non seulement pour des raisons de sécurité mais aussi pour ne pas pénaliser votre référencement.

4/ Différencier wordpress.com et wordpress.org

La société Automattic qui détient WordPress a déployé son CMS selon 2 options qui sont totalement différentes.
A mon sens, il aurait semblé plus judicieux de donner 2 noms différents à chacune des solutions afin d’éviter la confusion.
wordpress.com est donc l’une des solutions. Votre site est installé directement sur le serveur de WordPress, vous devez payer un abonnement pour avoir au moins un vrai nom de domaine et l’usage reste très limité, vous ne pouvez pas installer les plugins ou les thèmes que vous souhaitez, par exemple.
L’autre solution est wordpress.org, du nom de l’adresse officielle où l’on peut télécharger le CMS pour l’installer sur son propre serveur. Avec cette solution, vous n’avez rien à payer mis à part votre hébergement. Mais surtout, vous pouvez à peu près tout faire, il n’y a pratiquement aucune limite, vous pouvez y installer autant de plugins ou de thèmes que vous désirez, l’installer en local puis sur votre site en ligne…
Bref, vous l’aurez compris, c’est cette solution, wordpress.org, dont je vous parle sur le site mais aussi tout au long de ma formation.

5/ Tester WordPress en local

Une fois que vous avez téléchargé votre CMS WordPress depuis son site officiel wordpress.org sur votre ordinateur, je vous conseille, dans un 1er temps, de l’installer en local pour faire vos tests de plugins et de thèmes voire pour vous familiariser avec lui. Vous pouvez également créer tout votre site en local puis le dupliquer sur votre hébergement en ligne.
Pour travailler en local, je vous propose Local by Flywheel qui est très simple et intuitif à utiliser. Vous pouvez également travailler sur Wamp pour PC (ou Xampp pour Mac), qui est cependant un peu plus difficile à prendre en main.
Si vous créez tout votre site en local et souhaitez le dupliquer, je vous recommande vivement de le faire avec le plugin Duplicator.

6/ Installer WordPress en ligne

Pour installer WordPress sur votre serveur en ligne, la plupart des hébergeurs propose de le faire depuis leur tableau de bord en quelques clics. C’est à mon sens la méthode la plus simple et celle que je conseille.
Si vous voulez, cependant, mettre les mains dedans, il y a bien sûr la méthode manuelle. Elle est beaucoup plus compliquée mais plein de tutos en ligne pourront vous accompagner dans votre challenge. 😉
Enfin, certains hébergeurs proposent des formules spécialement conçues pour WordPress, je ne les conseille pas forcément car elles sont limitées, par exemple, si vous voulez évoluer vers un autre CMS par la suite, vous devrez changer de formule.

Petit point Sécurité :

• Choisir un identifiant difficile à trouver.
• Choisir un mot de passe complexe associant chiffres, lettres, caractères spéciaux.

7/ Effectuer les réglages de bases

Maintenant que votre WordPress est installé, il faut procéder à quelques paramétrages pour le configurer au mieux.

Je vous donne ici quelques recommandations :

  • Supprimer l’identifiant « admin » pour des raisons de sécurité.
  • Supprimer le plugin « Hello Dolly » qui ne sert à rien ainsi que les article, page et catégorie par défaut.
  • Dans le menu Général, remplir le titre, le slogan de votre site et les différents éléments.
  • Dans le menu Lecture, ne cochez surtout pas la case « Visibilité pour les moteurs de recherche« .
  • Dans le menu Discussion, cochez les 3 premiers réglages par défaut mais ne cochez pas « Activer les commentaires imbriqués jusqu’à X niveaux » et « Diviser les commentaires en pages, avec X commentaires de premier niveau par page et la dernière page affichée par défaut« , pour le référencement, ce n’est pas terrible.
  • Désactiver les commentaires sur les pages, cela ne présente pas vraiment d’intérêt.
  • Régler les permaliens sur « Titre de la publication« .
  • Dans le menu Médias, ne liez pas l’image à son fichier média.

8/ Installer un thème qui correspond à votre activité

Pour choisir votre thème, vous pouvez le faire depuis votre tableau de bord dans le menu « Apparence » de WordPress. Là, vous trouverez des thèmes gratuits et pourrez les installer directement.
Sinon, vous pouvez lancer une recherche sur le site Themeforest où il y a une multitude de thèmes qui répondront à vos critères mais ils sont payants.
Quoi qu’il en soit, veillez bien à ce que le thème soit toujours responsive design, c’est à dire qu’il s’adapte aux différents écrans.
Et sinon, vous pouvez aussi lire cet article dans lequel je vous parle de mes 2 thèmes de prédilection.
Enfin, n’oubliez pas de travailler à partir d’un thème enfant, surtout si vous souhaitez faire des modifications sur votre thème.

9/ Installer les plugins relatifs aux fonctionnalités que vous voulez

Comme pour le thème, vous pouvez choisir votre plugin depuis le tableau de bord WordPress, dans le menu « Extensions », vous trouverez tous les plugins gratuits du répertoire officiel.
Vous en trouverez également sur le site Codecanyon où ils sont gratuits avec une version payante ou payants.
Comme pour le thème, veillez surtout à ce qu’il soit de qualité, c’est à dire que les mises à jour soient régulières, que les avis soient positifs, qu’il soit beaucoup téléchargé etc. Préservez la sécurité de votre site est la priorité absolue car c’est souvent en installant un plugin ou un thème de mauvaise qualité que vous créez vous-même des failles de sécurité.
Dans cet article, je vous explique ce que sont les plugins et vous ai listé les indispensables pour débuter sur WordPress.

10/ Penser toujours « référencement »

Comme je le dis souvent, un site, aussi beau soit-il, n’a d’intérêt que s’il est visité ! Et oui, à quoi ça sert de créer un super site au top des dernières tendances du design et avec moults fonctionnalités si personne ne le voit ?
C’est pourquoi il est absolument indispensable de penser votre référencement en amont ainsi que tout au long de la création de votre site web.
Pour rappel, ce qu’on appelle référencement ou SEO, c’est le positionnement de votre site dans les moteurs de recherche, le but étant de le faire grimper en 1ère page dans les 3 premiers résultats. Vous devez savoir que c’est un travail de longue haleine, et qu’en fonction de la concurrence qu’il y a dans votre secteur d’activité, il faudra compter quelques mois avant de voir votre site se positionner lentement.
Pour vous aider dans ce fastidieux travail, je recommande d’utiliser le plugin Yoast SEO qui vous guidera dans la rédaction de vos textes mais aussi de vos balises Title ou meta description, qui créera votre sitemap.xml etc… Mais attention, ce n’est pas parce que vous l’installez que vous serez bien référencé, il ne fera pas le travail à votre place…
Pour aller plus loin, n’hésitez pas à lire cet article que j’ai écrit sur les bonnes pratiques et les erreurs à éviter pour un référencement efficace.

11/ Optimiser votre site en terme de performances

Pourquoi l’optimisation des performances de votre site est-elle primordiale ?
Parce que c’est ce qui va faire en sorte que votre site se charge et s’affiche rapidement.
D’une part, c’est important pour le confort de l’internaute qui visite votre site et d’autre part, en faisant en sorte que le visiteur ne s’en aille, faute de chargement assez rapide, c’est bon pour votre référencement.
Parmi les plugins indispensables à installer, il y a justement un plugin qui concerne les performances de votre site.
Comme je le dis dans mon article sur les plugins, si vous ne deviez payer que pour une seule extension, je vous recommanderais WP Rocket. En effet, savoir optimiser les performances n’est pas évident au 1er abord, c’est pourquoi il est plus simple de laisser faire un plugin.
Sinon, il existe d’autres extensions, pas toujours très intuitives mais gratuites comme WP super cache.
Il existe aussi de petits morceaux de code à ajouter à votre fichier .htaccess qui boosteront votre site.

12/ Veiller à la sécurité de votre site

Savez-vous que WordPress est une cible privilégiée des pirates ?
Et oui, non pas que WordPress ait des failles de sécurité plus qu’un autre mais parce qu’il propulse à lui seul près de 30% des sites mondiaux, ce qui représente une bonne part du marché et qui ne laisse pas les hackers insensibles ! 😉
Parmi les plugins indispensables à installer, il y a donc un plugin de sécurité (pour ma part, j’aime bien Secupress car il est intuitif et français) et vous pouvez aussi ajouter des morceaux de code à votre fichier .htaccess afin de sécuriser au mieux votre site.
Il s’agit, entre autres, de protéger certains fichiers sensibles, de déplacer votre page de connexion, de limiter les attaques de type « brute force »… Et bien sûr, quelques bonnes pratiques s’imposent comme l’utilisation d’identifiant et de mot de passe complexes, les mises à jour régulières de WordPress, de vos thèmes et plugins, la sauvegarde de votre site etc.
Enfin, ayez en tête que la plupart des failles de sécurité sont dues au manque de vigilance des propriétaires de site, que c’est grâce à l’intérêt que vous accorderez à sa sécurité que vous assurerez à votre site un minimum de sûreté.

13/ Vérifier le bon fonctionnement sur tous les navigateurs et terminaux

Maintenant que votre site est bientôt prêt, vous avez sans doute travaillé sur un même navigateur et un même écran. Il vous faut à présent vérifier s’il fonctionne bien sur tous les autres navigateurs sans oublier IE, et oui, vous n’êtes pas à l’abri de quelques surprises sur le navigateur de Microsoft. 😉
Vous avez aussi, j’espère, pris un thème responsive et avez réglé les différents affichages en fonction des terminaux ; écran d’ordinateur, de tablette et smartphone. Il faut encore une fois vérifier si leur affichage est correct et correspond à ce que vous souhaitiez.
Prenez votre temps pour faire ces vérifications. Certes, ce n’est pas la partie la plus ludique, vous risquez même de vous heurter parfois à de petits problèmes techniques mais il est important que votre site fonctionne correctement pour tous vos visiteurs. N’oubliez pas que l’image que renvoie votre site doit être professionnelle.

14/ Sauvegarder votre site

Vous avez bien travaillé, passé du temps à peaufiner les derniers petits réglages, vous êtes fier de ce que vous venez d’accomplir… Ce serait dommage d’avoir fait tout ce travail pour rien, n’est-ce pas ?
Le plantage d’un site n’arrive pas qu’aux autres ! Il suffit d’une mise à jour qui beugue ou bien que votre serveur se fasse pirater et oups, plus de site !
Alors pensez vite à sauvegarder votre site et à mettre cette sauvegarde en lieu sûr, sur votre ordinateur mais aussi sur Dropbox ou Google Drive, par exemple.
Pour cela, vous pouvez utiliser Updraft Plus, en 1 clic la sauvegarde est faite mais pour réinstaller votre site c’est un peu plus compliqué.
Je vous conseille un autre plugin que j’ai découvert il n’y a pas longtemps, Duplicator, qui permet de dupliquer votre site et de le réinstaller très facilement, il réécrit même les URLs, bref, il fait vraiment un super boulot et pour quelqu’un qui débute, il évite de mettre les mains sous le capot.

15/ Promouvoir votre site web

Et voilà, votre site est tout beau, tout prêt, il ne vous reste plus qu’à faire le plus gros du travail, le faire connaître !
Vous avez travaillé votre référencement, vous savez bien qu’il ne sera pas dans le top 3 demain, alors pour commencer à avoir des visiteurs rapidement, il faut, entre autres, le promouvoir sur les réseaux sociaux. Il existe des plugins qui mettent des boutons de partage sur vos articles comme Social Warfare, installez les et surtout, n’hésitez pas à vous intégrer dans des groupes proche de votre activité et à être actif en donnant des conseils, votre expertise etc… C’est comme ça que vous augmenterez votre notoriété !

 

Nous voici à la fin de cet article, j’espère qu’il vous aura éclairé et apporté quelques nouveaux conseils.

 

Et si vous voulez approfondir tous ces points et que vous habitez dans la région PACA, non loin de Marseille ou d’Aix en Provence, n’hésitez pas à rejoindre la formation que je propose en présentiel, l’échange en réel, c’est quand même plus sympa, non ?

 

Emmanuelle Simonet, Formatrice et webdesigner

suscipit Nullam justo Praesent sit Donec libero.
Share This